2016/08/05 | #جزيرة_القرم المحتلة: “احموا المسلمين لأنهم الأكثر عرضة -للاضطهاد الروسي-” – الصحفية الروسية فيرا لافريشينا


crimé russie hizb1

ملخص المقال بالعربية (مدونة دعم): بعد زيارة نواب فرنسيين لجزيرة القرم وتصريحهم بأنهم لا يعارضون ضم روسيا للجزيرة، مدونة الموقع الاستقصائي الفرنسي الشهير ميديابارت ينشر مقالاً لصحفية روسية مدافعة عن حقوق الإنسان بعنوان:”احموا المسلمين لأنهم الأكثر عرضة -للاضطهاد الروسي- 4 أوت 2016″، تشهد فيه على تكثيف موسكو منذ نوفمبر 2015 لاعتقالات مسلمي القرم جماعياً -وهم السكان الأصليون للجزيرة وأغلبهم من اثنية التتار- ب”تهمة” الإنتماء لحزب التحرير.

وتقول الصحفية بأن مخاوف تغيير ديمغرافية الجزيرة نهائياً من خلال إبادة المسلمين أو طردهم من أراضي أجدادهم … المعبر عنها منذ عام تتحقق بكل أسف. و”التطهير العرقي” يتصاعد. وتقول أن سكان الجزيرة الأصليون قد عبروا عن رفضهم للإحتلال الروسي … وبأن زيارة البرلمانيين الفرنسيين الذين وصفتهم بالمرتشين والفاسدين، تأتي ضمن حملة عالمية لتبرير وتطبيع الإحتلال الروسي للقرم. وبأن هذا لن يحدث ما داموا أحياءً وبأن السراق والغزاة يجب أن يعتقلوا ويقادوا إلى لاهاي. وتؤكد أنهم يخرجون بإنتظام إلى ساحة لوبيانكا في موسكو لدعم تتار جزيرة القرم.

وتقول الصحفية في جملة لافتة: “انظروا ماذا فعلوا بهم -أي بسكان القرم الأصليين أي المسلمين-، سرقوا منهم بلادهم، وأعلنوا أنهم ارهابيون من أجل اسكاتهم. وفي صفقة خفية مع برلمانيين فرنسيين فاسدين، يحاولون فرض ضم القرم تحت تبرير إعادة الحقيقة التاريخية …”

الصحفية تؤكد أن سبب تكثيف النظام الروسي لاعتقالات أعضاء وأنصار حزب التحرير انما يأتي في إطار إستراتيجية استفزازهم علهم يقومون بأعمال عنف، … ولكنها تؤكد:”ولكن دون جدوى فحزب التحرير هو منظمة سلمية تماماً”
تؤكد الصحفية بأن الإعتقالات الجماعية تمس خصوصاً المسلمين وقد بدأت المحاكم بإصدار أحكام المؤبد وبأنها مسيحية ولكنها تتذكر أن الناس سواسي أمام الله ويجب الوقوف مع المستضعفين لا مع من يضطهدهم.
تؤكد الصحفية كذلك أن أغلب أسماء المعتقلين السياسيين في روسيا على قوائم مدافعي حقوق الإنسان هم أعضاء حزب التحرير.
وتعرج الصحفية على إعتقال إمام جامع أترادنوي في موسكو محمود حضرت فيليتوف مؤخراً وتقول أن هذا الإعتقال هو على علاقة بإدانته سنة 2013 لعملية إغتيال الناشط الحقوقي وعضو حزب التحرير في داغستان عبدالله جاباييف من أجل تغييب أدلة إدانة، شريط فيديو ضد المخابرات الروسية (شرطة مكافحة الإرهاب) يوثق تورطها في إعتراض حفل زفاف يحمل أعلام حزب التحرير (موكب سيارات يحمل راية ولواء الرسول صلى الله عليه وسلم) والقيام بإنزال وضرب المشاركين فيه، … وكان ينوي تقديم الفيديو للمحكمة في سبتمبر 2015 ولكنه تلقى تهديداً يطالبه بمغادرة المدينة (كزليار – داغستان) وتم اغتياله يوم 2013/09/15 … ثم جاء مؤخراً إعتقال  شرطة مكافحة الإرهاب لإمام الجامع في موسكو متهمة إياه ب”تبرير الإرهاب”، ولكن الصحفية تؤكد أن حزب التحرير الذي ينتمي إليه عبدالله جاباييف لم يقم طوال نصف قرن من وجوده بأي عمل إرهابي، وهذا طبقاً لمبادئه التي تفرض حصراً طريقة لاعنيفة. وتتابع، أنه رغم ذلك فإن حزب التحرير ممنوع في اوتوقراطيات -حكم الفرد- الأسيوية، وروسيا وبعض بلدان العالم الثالث. ولكنه يعمل في بريطانيا وأمريكا وأروبا -إلا ألمانيا، ولكن ليس بسبب العنف وإنما لأسباب تاريخية خاصة بألمانيا بسبب معاداته ل”إسرائيل”-. وتؤكد أن الحزب تم منعه في روسيا عندما أراد بوتين توظيف أحداث بسلان من أجل تصعيد القمع ومنع إنتخابات حكام الجهات. وتذكر أن في أحداث بسلان قامت الشرطة الروسية بقتل 300 شخص منهم 170 طفل من خلال قصف مستشفى أطفال وبأن تلك الأحداث مكنت بوتين من إعلان جمعيات ومنظمات مدنية مسلمة، ارهابية… وبالتالي، تقول الصحفية، فإنه حتى وإن حيا الإمام محمود فيليتوف نشاط حزب التحرير، فإن ذلك لا يعتبر تبريراً للإرهاب!
crimé russie hizb

Protéger les musulmans, car ils sont les plus vulnérables

Les musulmans de Crimée ont été agressés dès les premiers jours de l’annexion de la presqu’île par la Russie. Cette population pacifique a été qualifiée de « terroriste islamique ». Des affaires sont montées à l’encontre de ceux qui refusent la citoyenneté russe.

Le 30 juillet, nous avons manifesté sur la place de Lubyanka à Moscou pour soutenir les Tatars de Crimée. Voyant les photos de notre rassemblement, certains nous disent : « Vous intercédez en faveur des musulmans. Défendez d’abord les Russes ! » À la fin de chaque mois, à la pierre Solovetsky, symbole du GOULAG à Moscou, nous faisons l’appel des prisonniers politiques, russes, ukrainiens, musulmans. Mais les arrestations des musulmans étant plus fréquentes ce mois-ci, nous avons cette fois-ci commencé notre piquet de protestation en soutenant les prisonniers, d’« Hizb ut-Tahrir ».

Le 30 octobre 2015, nons avons commencé, à faire l’appel des prisonniers du goulag de Poutine afin de célébrer la journée du « Politzek » (prisonniers politiques), nous avions remarqué qu’il y avait déjà beaucoup de personnes arrêtées, accusées d’être membre de « Hizb ut-Tahrir ». Cette organisation a été interdite par les autorités russes. Nous avions alors remarqué que les observateurs de défense des droits de l’Homme avaient déjà commencé à porter dans leurs listes le nom des membres incarcérés de cette organisation. Précisons : les listes de « Mémorial » et de « Chronique nouvelle des événements actuels » concernent uniquement des victimes de persécution politique.
Il y a un an déjà, la « Chronique » remarquait que les Tatars de Crimée étaient victimes d’une répression particulière qui s’efforçait par la terreur de les évincer de leurs terres ancestrales. On peut supposer cela est le prélude à la prochaine purification ethnique définitive de la presqu’île.

Hélas, ces prédictions deviennent réalité. L’éviction de la péninsule occupée intensifie. Les arrestations parmi la population autochtone de Crimée se poursuivent sous d’autres prétextes :

  • -manifestations devant le parlement de Crimée du 26 février 2014,
  • -franchissement déclaré illégal de la frontière par les Tatars de Crimée pour rencontrer leur leader Mustafa Cemil en Ukraine continentale,
  • -affaire « Hizb ut-Tahrir ».

De plus en plus de personnes fuient la Crimée craignant la répression. C’est exactement ce que recherchent les forces d’occupation. Il s’agit d’une deuxième déportation qu’ils ne pourront pas répéter avec la même ampleur comme en 1944 sous Staline tout de même.

Des parlementaires français, invités par le Kremlin en Crimée, ont proposé de ne pas se quereller avec la Russie à propos de celle-ci. Ils ont déclaré que la Crimée ne pourra pas être rendue à ceux à qui elle a été prise, que la majorité des Criméens serait pour la Crimée russe. Il serait donc temps de lever les sanctions, de se faire amis et de commercer avec la Fédération de Russie. La condamnation intangible par les Tatars de Crimée de l’annexion et de l’occupation de leur pays par les forces russes diffère avec ces positions.

Nous assistons à un programme international de justification et de légalisation de la Crimée russe. C’est une politique d’apaisement de l’agresseur au nom du bien commun. Non seulement des étrangers sans scrupules ont tenu de tels propos, mais nous les avons entendus aussi prononcés par des opposants à Poutine, tels Nacvalny ou Khakamada. En conclusion, on pourrait penser rationnellement : « Ils ne rendront jamais la Crimée. » En Russie, il suffit de dire : « La Crimée est russe ! » et tu as un laissez-passer pour faire de la politique, pour participer aux élections. (Au contraire, en Russie, déclarer « La Crimée est ukrainienne » est assimilé à sécession et passible de quatre ans de prison. Cinq ans si cette affirmation est faite sur internet).

Pourquoi les arrestations des partisans de « Hizb ut-Tahrir » sont-elles plus fréquentes à présent ? On pourrait penser que cela est fait sciemment, dans le but de les provoquer. Le pouvoir espèrent-ils de leur part une réaction violente qui justifierait une répression de plus grande envergure ? Peine perdue. « Hizb ut-Tahrir » est une organisation totalement pacifique.

Nous pensons qu’il est important de protéger toutes les personnes persécutées par ce vil pouvoir. Tous : musulmans, athées, bouddhistes, anarchistes, à gauche comme à droite. À présent, ce sont surtout les musulmans qui pâtissent. Ils subissent les arrestations les plus massives, les premières condamnations à perpétuité ont déjà été prononcées. Moi, par exemple, je porte la croix sur ma poitrine et je me rappelle que devant Dieu, nous sommes tous égaux : il n’y a ni Grec ni Juif. Il faut être proche du persécuté, et non du persécuteur.

 

crimé russie hizb Mahmoud Mahmoud Velitov © Radio svoboda

Stanislav Belyanskiy a décrit sur internet l’arrestation récente de Mahmoud Velitov, un imam de la mosquée de Otradnoye, un quartier de Moscou. Il a été arrêté parce que, il y a trois ans, il a condamné l’assassinat de Abdullah Gappaev, défenseur des droits de l’homme, commis en 2013 à Kizlyar au Daghestan. Ce sont les forces de sécurité russes qui l’ont, vraisemblablement assassiné afin de dissimuler des preuves. Par contre l’organisation « Hizb ut-Tahrir », à laquelle probablement appartenait Abdullah Gappaev, n’a effectué aucun acte de terrorisme au cours du demi-siècle de son existence, conformément à sa charte qui impose des méthodes exclusivement non violentes. Malgré cela, elle est interdite dans les autocraties d’Asie centrale, en Russie et dans d’autres pays du tiers monde. Son siège est à Londres, elle opère librement aux États-Unis, l’UE et d’autres pays civilisés, sauf en Allemagne, où elle est interdite, non pas à cause d’une quelconque implication dans un acte de terrorisme, mais pour sa non-reconnaissance d’Israël. En vertu de certaines raisons historiques cette question y est sensible. En Russie, elle a été interdite, lorsque le régime de Poutine a profité des événements de Beslan pour accroître la répression et supprimer les élections au poste de gouverneur de provinces. (Rappelons qu’à Beslan les forces de sécurité russes ont tué plus de 300 personnes, dont 170 enfants en mitraillant et bombardant avec des lance-rockettes un hôpital pour enfants.) Alors, diverses organisations de la société civile musulmane qui étaient hors du contrôle du Kremlin ont été classifiées « terroristes » et interdites, non seulement « Hizb ut-Tahrir », mais également des organisations absolument non-politiques telles « Tablighi Jamaat » et « Nurzhdular ». Par conséquent, même si l’iman Mahmoud Velitov a salué l’activité d’« Hizb ut-Tahrir », ceci ne peut être qualifié comme une justification du terrorisme.

Les membres du parti « Hizb ut-Tahrir » représentent la plus grande partie de la liste des prisonniers politiques russes énoncée par « Mémorial ». Si nous suivons la logique de l’acte d’accusation, les dirigeants de « Memorial » peuvent également être accusés de justification du terrorisme.

En 2013, les membres de l’organisation daghestanaise « Hizb ut-Tahrir » avaient célébré un soi-disant « mariage extrémiste ». Celui-ci s’était accompagné d’un rallye automobile à Moscou avec les drapeaux de l’organisation. La police avait arrêté la manifestation. Cela a servi de motif pour emprisonner le vénérable imam. En principe, tout cela se serait passé sans problème en Amérique, Ukraine, ou dans un autre pays, mais en Russie la législation répressive permet d’emprisonner pour longtemps des personnes participant à un mariage célébré sous le drapeau d’« Hizb ut-Tahrir ». Plusieurs participants au rallye, ayant été matraqués par la police, ont porté plainte auprès du procureur. On pense que cela a coupé court aux policiers du « centre E. » (Centre de lutte contre l’extrémisme) qui s’apprêtait à les inculper.

Le défenseur daghestanais des droits de la personne, Abdullah Gappaev, supposé membre d’« Hizb ut-Tahrir », avait un enregistrement vidéo de ces événements. Il avait l’intention de les communiquer lors du procès qui devait commencer le 13 septembre 2013. Il a reçu des menaces de mort s’il ne quittait pas la ville. Il a été assassiné le 15 septembre. Puis, en 2013, l’imam Mahmud Hazrat Velitov dans plusieurs sermons a condamné l’assassinat d’Abdullah Gappaev. Ces faits ont été mis en sommeil trois ans, et enfin cette année les policiers du centre « E. » ont décidé de relancer l’affaire, en interprétant les propos de l’iman en « justification du terrorisme ».

Nous allons régulièrement sur la place Loubianka faire l’appel des prisonniers politiques du régime de Poutine. Nous y arborons les drapeaux ukrainiens et tatars de Crimée. Nous exigeons le retour en Crimée des Ukrainiens, des Tatars, des Arméniens, des Grecs et des autres peuples qui en ont été chassés par l’occupant. Ceci, bien sûr, peut être interprété par le centre « E. » comme une justification du terrorisme, un appel à une violation de l’intégrité territoriale de la Fédération de Russie ou comme une insulte aux nobles sentiments de quelqu’un. (En Russie, une loi pénalise l’offense faite aux croyants.) Mais nous continuerons à agir ainsi.

Regardez ce qu’ils ont fait : ils leur ont volé leur pays, les ont déclarés terroristes pour les faire taire. Et en cachette, en collusion avec des députés français corrompus, ils tentent d’imposer l’annexion de la Crimée sous prétexte de restauration de la vérité historique. Mais tant que nous serons vivants, cela ne se produira pas. Le mal acquis doit être restitué. Les voleurs et les envahisseurs doivent être menottés et expédiés à La Haye. Nous nous engageons à vivre jusqu’à ce moment-là, afin qu’il reste dans notre mémoire. Nous nous efforcerons pour le hâter.

Véra Lavrechina

crimé russie Véla

Advertisements

أضف تعليقاً

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   / تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   / تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   / تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   / تغيير )

Connecting to %s